Bleach RPG

Forum rpg sur le manga Bleach
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Hadaria Kajima, un esprit de loup dans un corps de dragon

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Hadaria Kajima, un esprit de loup dans un corps de dragon   Mer 8 Juil - 2:17

Nom : Kajima

Prénom : Hadaria

Âge : 18 ans

Sexe : Masculin



Taille/Poids : 1m90 / 97 kilos

Groupe sanguin : AB-

Couleur de cheveux : Brun

Couleur des yeux : Dorés

Description Morale : (Minimum 3 lignes) Hadaria est quelqu'un de très porté sur le respect et l'honneur. Tout ce qu'il entreprend est dictée par son coeur et ses principes. Que ce soit lors d'un combat ou lors de négociations. C'est aussi un excellent stratège, qui a mis plusieurs fois ses tactiques à l'épreuve contre des stratège du monde humain lorsqu'il était encore en vie. C'est aussi un grand romantique mais il est souvent timide et n'a pas encore réussi à avouer ses sentiments, quelle que soit la femme en question...



Description Physique : (Minimum 3 lignes) Hadaria est un homme de type asiatique, avec de longs cheveux brun. Ses yeux, d'un doré éclatant, font en quelque sorte sa fierté. Il possède une musculature puissante mais finement dessinée, qui se fond parfaitement avec son corps élancé. Il possède deux tatouage, chacun ayant leurs significations particulières. Le premier, situé sur l'épaule, représente un loup, qui est son animal totem. Le second, situé dans le dos, représente quand à lui un dragon enroulé autour d'un murasame. Ce tatouage représente en quelque sorte sa manière d'agir : Avec parcimonie mais avec passion.


Informations personnelles :


Date de naissance : 5 Juillet 1991

Lieu de naissance : Kyôto

Date du décès : 16 Décembre 2009

Biographie : Un petit village au milieu des montagnes, perpétuellement secoué par les orages et les pluies torrentielles, n'autorisant que quelques semaines de soleil dans l'année, où la prochaine chasse était une événement célébré par maintes fêtes et n'ayant quasiment aucun contact avec la civilisation moderne...
C'est dans cet atmosphère tourmentée que notre jeune héros est né, un 5 Juillet, en plein milieu d'un orage d'une violence inégalée. Les éclairs tombaient de toute part, illuminant le ciel de leur lumière éclatante et formant de profonds cratère dans le sol, consumant tout ce qui se trouvait autour de la zone d'impact et projetant des morceau de terre calcinés ou même enflammés. Le tonnerre grondait, faisant trembler des fondations mêmes de l'habitation jusqu'au tuile du toit protecteur. Le vent était lui aussi de la partie et, traversant la maison en passant par les interscisses des portes, produisait des sifflements assourdissant et faisait trembler l'ensemble du bâtiment. La pluie battante frappait les parois de la maison et, combinée au vent, rendait toute communication impossible car il aurait fallu trouver le moyen de surpasser le bruit généré par cette tempête.
Les parents prièrent toute la nuit pour que leur maison ne soit pas touchée par ses éclairs semblant provenir des dieux eux-même. Ils brûlèrent des bâtons d'encens durant toute la durée de l'orage et récitèrent des chant sacrés pour la protection de la famille. Il faut croire que toutes ces supplications furent exhaussées puisque pas un seul éclair ne frappa la demeure. Chose ô combien exceptionnelle, car la foudre étaient tombée en cascade tout autour de la maison. L'herbe était calcinée par les éclairs et l'air était rempli d'une odeur de cendres et de braises, mais pas une seule auréole noirâtre ne s'approchait à moins d'une dizaine de centimètre de la maison. Comme si celle-ci avait été protégée par les dieux. A croire que toute ces choses que la plupart des personnes trouvaient archaïques et dépassés marchaient toujours, finalement... Une vieille femme et un homme sortirent de la maison, observant le ciel avec un sourire soulagé sur leurs lèvres.



-Les dieux ont finalement répondus à notre appel... Que le ciel soit loué, ce ne fut pas trop tard...

-Oui, le ciel soit loué... Mais je m'interroge... Ce n'était pourtant pas la période des tempêtes et des typhons et pourtant, je jurerais que ce à quoi on vient d'assister n'est rien d'autre qu'un typhon d'ultime catégorie... C'est incompréhensible...


Soudain, une voix retentit de l'intérieur de la maison. Celle de la mère de notre jeune héros.


-Izaaru ! Izaaru ! Viens vite !!


L'homme accouru en quatrième vitesse, s'accrochant aux marches et se rétamant comme une serpillère sur le parquet de la maison. Il se releva et déboula au chevet de sa femme.


-Qu'y a-t'il Kinue ? Quelque chose ne vas pas ?

-Non quelque chose ne vas pas... Notre fils n'est pas baptisé !

-C'est vrai !!! J'ai complètement oublié que nous ne l'avions pas baptisé, avec cet orage...


Suivit alors une longue discussion entre les deux jeunes parents sur le nom du nouveau-né. Après de longues minutes de délibération, les deux jeunes parents tombèrent d'accord sur le nom du jeune garçon. La mère le prit alors dans ses bras et murmura à son oreille.

-Puisque nous sommes d'accord, ton père et moi, tu t'appellera Hadaria... Mon croc de la foudre...

Mais les jeunes parents, déjà sur le fil du rasoir au niveau financier à cause de la maladie de la grand-mère, ne pouvait pas assurer une éducation normale à leur unique enfant. Ils décidèrent donc, après maints et maints chagrins, pleurs et cris, de placer leur enfant dans un orphelinat qui était non loin de là, et qui était tenu par des amis à eux. Là-bas, il aurait une éducation convenable, voire même suffisante pour faire des études à long terme, et il rencontrerait des enfants de son âge, qui lui permettrait de s'épanouir dans l'amusement.
C'est ainsi, le cœur lourd et meurtri, que Kinue confia son enfant aux soins de leurs vieux ami. Elle leur fit promettre de l'éduquer le mieux possible et de lui enseigner les vraies valeurs de la vie. De leur côté, les vieux amis promirent de le leur ramener une fois ses études finit... Cette promesse ne put jamais être tenue...
Et ainsi commença l'enfance de Hadaria. Au milieu d'autre enfants qui lui posèrent des questions dès qu'il fut en age de parler et de comprendre ce qu'on lui racontait... La curiosité fut telle qu'on alla jusqu'à poser des questions au directeur de l'orphelinat... Qui les envoya balader avec la promesse de ne plus poser de questions, ce qu'ils s'empressèrent de respecter. S'en suivit 5 ans de calmes et de monotonies, couplées à la solitude.
A l'age de 8 ans, Hadaria commença à s'intéresser à ce et ceux qui l'entouraient. Il discutait jouait et apprenait tout ce qui était enseignable. Que ce soit les noms des plantes aux recettes de cuisines, ils apprenait tout cela avec un ravissement des plus purs. Il était aussi de plus en plus ouvert, à la grande joie des directeurs de l'orphelinat. Il devenait de plus en plus populaire et franchement, tout le monde commençait à l'apprécier.
Un jour, il vit deux personnes jouer à un jeu comprenant des pièces de bois taillées et un plateau quadrillé lui aussi en bois. C'est de cette manière qu'il apprit à jouer aux échecs, faisant preuve, pour son age, d'une incroyable facultés de prévision et d'analyse. Un jour, le directeur décida de lui faire passer un test de Q.I... Les résultats furent plus que sensationnels puisque Hadaria possédait un Q.I. de 190. On le proposa une éducation pour surdoués mais il refusa catégoriquement. L'orphelinat lui tenait trop à cœur et il n'avait pas du tout envie de le quitter.
Profitant du fait qu'il était surdoué, il passa les trois années suivantes à apprendre toutes sortes de choses, l'anatomie, l'algèbre ( avec une réticence plus que marquée), le dessin, la guitare, et une autre floppée d'enseignement.
Un jour, alors qu'il se baladait, il se fit attaquer sans vergogne par deux adolescent plus âgés que lui. Il le dépouillèrent de son argent, qui devait s'élever à quelques centaines de yens, plus sa veste qui lui avait été donnée par le directeur, en récompense d'une journée d'effort en sa compagnie. Ce jour là, Hadaria se jura de tout faire pour pouvoir se défendre. C'est ainsi que, après avoir fait sa demande au directeur, un professeur de karaté arriva à l'orphelinat. Il interrogea les adolescent en demandant le bureau du directeur. Il se rendit alors sur place. Imaginez la surprise lorsqu'il vit le directeur accompagné par un gamin de 11 ans. Le directeur fit un rapide topo au nouveau professeur et l'enseignement commença. Le professeur y allait doucement au début, mais voyant la vitesse à laquelle il apprenait, le professeur du faire le programme de quatre années d'entrainements en seulement deux ans.
C'est après une séance de karaté particulièrement erintante que le professeur et son élève s'assirent sur le rebord du gymnase, qui était transformé en dôjo à chaque entrainements. ll vit son professeur souffler et s'enquérit donc du problème.



-Le problème est que je n'arrive pas à comprendre comment tu fait pour assimiler et reproduire aussi rapidement les différents coups et katas... Je n'ai jamais vu ça depuis que j'enseigne... On dirait une éponge qui absorbe le savoir à sa disposition...

-Vous n'êtes pas totalement loin de la vérité... Voilà trois ans que j'ai appris que j'étais surdoué... Et depuis, j'ai une insatiable envie d'apprendre... Rien n'a jusqu'à présent rempli cette soif...

-Et bien... Je crois que je n'arriverais pas non plus à la combler entièrement... Mais je suis ravi de pouvoir augmenter un peu ton savoir...

-Merci sensei...


La même année, les directeurs du pensionnat furent prit au dépourvu lorsqu'ils virent Hadaria consulter des manuels sur la foudre. Ils lui demandèrent évidement pourquoi il s'y intéressait tant... Il ne fut capable de donner qu'une seule raison : "Je sens que quelque chose en moi s'y rapporte..." Si il avait pu imaginer le fin mot de l'histoire, il n'aurait certainement plus jamais parlé de ce phénomène physique mais le fait était là, il ne fut jamais au courant de la nature de la mort de ses parents.
Deux ans encore passèrent, où Hadaria finit par maîtriser toutes les tactiques aux échec et obtint la ceinture marron, accomplissement de son travail, puis ce fut le moment du départ pour Hadaria. L'orphelinat n'avait pas une bourse sans fonds et il dut quitter ce lieu pour entrer dans un internat.

[...]


Dernière édition par Hadaria Kajima le Mer 8 Juil - 2:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hadaria Kajima, un esprit de loup dans un corps de dragon   Mer 8 Juil - 2:20

Désolé pour le double post mais la présentation ne tenait pas sur un post.

Le lycée était quelque chose de nouveau pour Hadaria. Lui qui avait connu durant toutes ses années la chaleur des visages de l'orphelinat se retrouvait complètement abasourdi devant le manque de gentillesse que dégageait les jeunes lycéens de la ville... A croire qu’ils n’en connaissaient même pas le sens ! De plus, Ayant des réactions de "bon samaritain", certaines personnes mal intentionnées en profitèrent et le mirent plus d'une fois dans l'embarras. Hadaria ne tarda pas à comprendre comment il devait réagir face à ces personnes qui abusaient de sa gentillesse... Il apprit par la suite à envoyer balader avec tact les personnes qu'il n'arrivait pas à sentir, et à refuser poliment pour les autres... Il n'était pas très bavard et souvent lunatique, ce qui n’arrangeait pas les relations qu'il avait avec les autres. Sauf avec une fille... Qui était elle aussi très lunatique... Ce fut la toute première fois qu'il tombait amoureux et, n'ayant personne pour lui donner des conseils, il dût improviser. Il décida donc de se montrer le plus naturel possible... Ce qui ne manqua pas d'intriguer la jeune fille... Qui répondait au doux nom de Yukino.
A ce moment-là, il suivait des cours de seconde générale. Il adorait l'ambiance des salles de classes, lui rappelant ses séances avec le directeur de l'orphelinat... Le remplissant de nostalgie... Évidement, Hadaria, qui avait déjà étudié tout cela ne cherchait pas à étaler sa science et restait silencieux, répondant uniquement quand les professeurs l'interrogeait. Lui s'ennuyait ferme, mais la plupart des autres élèves le jalousait, surtout les garçons. Les filles, pour la plupart, étaient émerveillées par ce garçon qui était intelligent, mystérieux, sportif, et qui avait le mérite d'être mignon. Les professeurs, quand à eux, n'éprouvait rien d'autre que de la fierté, tintée d'une pointe d'irritation devant l'ennui manifeste de cet élève si doué.
Ce ne fut, bien évidement, pas à l'avantage d'Hadaria. Alors qu'il se lavait dans les douches du dôjo du lycée, trois gros bras vinrent l'encercler, lui coupant toute voie d'évasion.



-Alors comme ça, môssieur est aussi un karatéka ? Intelligent, musicien, sportif... Tu sais quoi ? Tu commence à nous taper sur les nerfs !

-Vous allez me frapper ? Si vous croyez pouvoir m'étaler contre le carrelage de cette salle de douche, vous allez être surpris...

-Espèce de...


Les trois balèzes tentèrent de le frapper de manière à le toucher d'une manière ou d'une autre, mais Hadaria esquiva facilement les trois coups de poings, jouant de l'humidité du sol pour glisser hors d'atteinte des coups de ses adversaires. Il enchaina aussitôt avec des coups de paumes aux sternums des trois gaillards, leurs coupant le souffle. Ensuite, il se baissa et les envoya valser avec une balayette bien sentie. Les trois géants de muscles se levèrent et partirent sans demander leurs restes. Cet épisode fit le tour du lycée et Hadaria ne fut plus jamais dérangé.
Sa scolarité continua. Cependant, il sauta la seconde et la première et passa directement à la terminale. Il obtint par la suite son bac avec mention, la même année que l'obtention de sa ceinture noire, avec les compliments des juges.
Avec Yukino, Hadaria avait réussi à conclure leurs recherches à tatons entre eux. Mais un drame lui enleva sa bien-aimée la veille de leurs 2 ans de relations... Une soirée pluvieuse... Elle sortait du joailler, ayant acheté une chainette avec une tête de loup, et se dirigeait vers sa voiture lorsqu'un camion, qui avait voulu éviter un chat, glissa en sa direction et percuta la voiture et Yukino. Elle mourut sur le coup.
Ce fut certainement la plus dure journée qu'Hadaria ai vécu... Les funérailles lui parurent interminables... Il alla systématiquement pendant 2 semaines devant la tombe de sa bien-aimée... N'ayant aucun proche pour le réconforter et l'aider à surmonter cette épreuve, il tomba en dépression pendant plus de 4 mois... Ce furent les quatre mois les plus orageux que le Japon n'ait jamais connu...
Les jours passèrent. Hadaria, n'ayant jamais été confronté à une telle situation, ne savait ni comment réagir, ni quelle attitude adopter... La douleur rongeait son âme entière, tel un feu destructeur attisé par les rafales des vents équatoriaux, chauds et secs. Il essaya plusieurs fois de se changer les idées. Bowling, poker, moto... Mais rien n'y faisait. A chaque fois, il repensait à cette nuit où sa bien-aimée Yukino passa dans l'au-dela... Le jour où les dieux, apparement en accord sur cette décision, lui avait enlevé la chose qui régissait sa vie, le détruisant par la même occasion... Le soir, le sommeil amenait son lot de cauchemar, ouvrant un peu plus la plaie béante dans le coeur et l'âme d'Hadaria... Il voyait Yukino l'appelant en un ultime cri au moment où elle passait sous les roues du camion... Il voyait la scène comme s'il y avait été... Le pire, dans ces cauchemars, était qu'il ne pouvait rien faire... Juste regarder... Voir ce regard qu'il chérissait tant disparaître... A jamais...
Terrifié par ces cauchemards, il ne dormait pratiquement jamais... Il avait trouvé un moyen de rester réveiller toute la nuit : la cigarette... Et si, par un miracle incroyable, le sommeil acceptait de le prendre dans ses bras, c'était pour mieux le jeter à nouveau dans cette tornade de douleur infernale... Il errait dans les rues, en plein millieu de la nuit, sans avoir de but... Le fait même de vivre lui était douloureux ! Il voulait oublier qu'il existait. Devenir un fantome et errer à jamais dans ce monde qui lui paraissait si imsipide... C'est dans cet état d'esprit qu'il sombra...
C'est lors d'un de ses nombreux soirs d'errances qu'il entra dans un bar... Situé au fond d'un petite ruelle et surnommé le "BlackDeep", ce bar n'était pas un établissement de luxe, ni même décent.. Mais Hadaria s'en fichait et la seule chose dont il avait envie, c'était de boire... Etouffer le feu qui le consumait par l'alcool...
Le propriétaire vit ce jeune client entrer dans son bar... Si il était majeur, c'était depuis peu de temps. L'éthique lui interdisait de le servir mais la caisse était prioritaire et celle-ci était quelque peu vide ces derniers temps...



-Qu'est c'que j'vous sert ?

-Un truc fort... Rectification, le truc le plus fort que vous ayez.

-Très bien... Vous avez d'quoi payer, j'espère...


A ce moment là, Hadaria sortit une liasse de billet et la posa sur la table.


-Tout ça pour mes futures consos. Ca vous convient ?

-Très bien... Mais j'veux pas d'ennui... Clair ?

-Très clair...


C'est ainsi que s'installa une routine entre le barman et Hadaria. Chaque soir, presque toujours a la meme heure, il arrivait au bar et commencait a boire... Boire pour oublier... Cela dura toute une année...
Un soir, après plusieurs verres, le barman refusa de reservir le jeune homme.



-Ecoute. Ca fait une année entière qu't'es mon client régulier. Jm'en plainds pas mais franch'ment, t'voir dans ct'état la à ton age, ca m'dégoute... Parc'que j'cautionne ça d'puis trop longtemps. T'as pas d'rêve ou d'autre truc du genre ?

-Non, malheureusement... Tout mes rêves ont disparu quand elle est morte...

-Oùla, tu c'mence à m'faire flipper grave...


Hadaria ne préférait rien dire... Il venait ici pour oublier et voilà que ce crétin lui renvoyait la cause de ses souffrances dans le visage...


-Ecoute, j'te l'ai jamais dit mais tu l'as d'jà racontée, ton histoire... J'sais qu'c'est dure mais faut q'tu t'ressaisisse. T'es en train d'bousiller ta vie...


Hadaria préférait ne pas en entendre plus. Se levant et laissant, le prix nécessaire pour payer ses consommations et sortit, fulminant de rage envers ce type... Il ne connaissait pas Yukino et il se permettais d'en parler, ramenant les vieilles douleurs qui avaient disparues avec l'alcool... Il n'avait qu'une envie, rentrer dans son appartement. Allumant une cigarette, il commença à marcher vers son appart'. Le chemin parut durer une éternité. La rue, déserte, semblait s'allonger sans cesse...


*Foutu barman... Qu'est ce qu'il a bien pu me donner à boire... Jme souviens même plus de ce que j'ai commandé... Ah, voilà enfin l'appart !*


Effectivement, son appartement se dressait devant lui. Il traversa la rue, les yeux rivés sur la porte d'entrée... Il cru entendre un klaxon résonner.


*La voiture doit être à plusieurs patés de maison d'içi... Mais, c'est quoi cette...*


Hadaria n'eut même pas le temps de terminer sa pensée... Une voiture de sport venait de le percuter et il voyait le paysage tourner autour de lui... Puis vint l'impact contre le bitume... Il en eut le souffle coupé mais ne sentait pas la moindre douleur... Même celle de son coeur avait disparu... La tempête s'était enfin calmée... Il allait enfin pouvoir dormir... Hadaria sombra ensuite dans l'inconscience, n'entendant même plus les questions du conducteur.
Durant toute son inconscience, Hadaria revécu le passé, mais d'une manière différente. Yukino était vivante et il vivait ensemble... Ils allaient souvent au parc, à la plage et au restaurant. Il avait l'impression de faire tout ce qu'il avait voulu faire avec elle. Un soir, ils couchèrent même ensemble, chose qu'ils n'avaient jamais fait auparavant.
Un soir, Yukino le regarda et, dans un sourire, s'adressa à lui.



-Maintenant, vit, Hadaria. Ne reste pas bloqué par le passé et avance. Ce n'est qu'en avançant que tu pourra devenir vraiment quelqu'un...


C'est sur ces paroles que le jeune homme se réveilla. Il se redressa, les yeux ébloui par l'éclairage du soleil.


-Il revient enfin à lui !

-Enfin. On commence a manquer de linge propre...

-Ou... Ou suis-je...


Les deux femmes se regardèrent alors avec un regard étonné.


-Tu ne te souvient de rien ?

-Non... A part du fait que je me suis fait percuté par une voiture...


Les deux jeunes femmes froncèrent les sourcils. De quoi ce jeune homme retrouvé inconscient pouvait bien parler ?


-Et beh... Si je te parle de Rukongaï, ça te revient ?

-...... Non...


Et c'est ainsi qu'Hadaria se retrouva dans la Soul Society. Pendant ce qui lui sembla plusieurs mois, il vécu dans une petite famille où il aidait comme il pouvait. Mais le destin n'avait pas fini de jouer avec lui. Alors qu'il se baladait dans le Rukongaï, il vit deux de ces personnes portant des katana, qu'on appelait Shinigami, qui emmenait une jeune femme... Qui ressemblait a Yukino. D'un coup, il fonça sur les deux "samouraï", rempli de colère. Instantanément, les deux shinigamis se retournèrent vers la source du reïatsu qu'il venait de sentir... Le premier n'eut pas le temps de dégainer. Il reçu un yokogeri en pleine tête, laissant échapper un râle, avant de s'écraser deux mètres plus loin. Le second fut plus prompt a réagir et dégaina son katana... en tremblant comme une feuille... Hadaria ne savait pas pourquoi jusqu'à ce qu'il entende l'homme chuchoter.


-Besoin de renfort en zone 4. Urgent !


Et a partir de là, l'homme raffermi la prise sur son katana. Hadaria, quand à lui, était un peu trop emporté pour comprendre ce qui découlait de ce message. Regardant, observant, il profita d'un moment d'inattention de la part du Shinigami pour attaquer au niveau des poignets, ce qui eu pour effet de faire lâcher le sabre, puis dans le ventre, l'envoyant rejoindre son collègue. C'est a ce moment là que Hadaria sombra une fois de plus dans l'inconscience, suite à un hatemi porté a sa nuque par un des shinigami venu en renfort.
Par la suite, Hadaria fut, après un petit passage dans les geôles de la Soul Society, reçu à l'académie des Shinigamis. Il avait appris quelle était leurs différents rôles et avait, après avoir appris qu'il n'était plus vivant à proprement parler, décidé de les rejoindre. Son apprentissage, comme tout les autres, fut plus rapide que la moyenne, mais pas aussi flamboyant que celui du commandant du Gotei 13 : Toushirou Hitsugaya. C'est lors de sa formation qu'il réveillât le Shikaï de son zanpakutô Yuukan.


Division souhaité : 10° Division.

Description du Zanpakutô : Yuukan est un katana classique. Rien de vraiment exceptionnelle excepté la garde, en forme de triangle, où un loup hurlant au clair de lune y est gravé.
Spoiler:
 

Shikai : Lorsqu'il prononce "Vas de l'avant, Yuukan" son zanpakutô se transforme en un murasame à la lame dorée parcouru d'éclairs.

Bankai : (pas encore mais promis, je le mettrais plus tard, quand je l'aurait découvert ^^)

Avez-vous lu les règles : OUI ! "Kurotsuchi Mayuri va faire des expériences sur une une patate" (Je ne ferais aucun commentaire, cela va de soi)

Test Rp: (Nombre de lignes a définir, en rapport avec l'importance de votre personnage par un Administrateur, ne pas le réaliser avant.)
Revenir en haut Aller en bas
Hitsugaya Toushiro
ExCapitaine de la 10 ème Division ~ Capitaine Commandant du Gotai 13 ~ Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1155
Age : 26
Fan de : : Shana xd
Fonction : Administrateur
Date d'inscription : 17/08/2007

Votre personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Attaque:
1000/1000  (1000/1000)
Défense:
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Re: Hadaria Kajima, un esprit de loup dans un corps de dragon   Mer 8 Juil - 9:05

30 lignes de RP.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hadaria Kajima, un esprit de loup dans un corps de dragon   Mer 8 Juil - 12:18

Hadaria venait de terminer quelques rapport de mission, se demandant encore comment cela se faisait-il qu'on puisse accumuler autant de paperasse, et décida qu'il était temps de sortir pour s'aérer un peu... A peine sortit du Quartier Général de la Dixième division, le badge frappé du narcisse enroulé autour de son bras, qu'il alluma une cigarette... Quelle plaisir... Trois heures qu'il était enfermé dans un bureau, à faire du remplissage de paperasse...
Il décida donc de profiter de son après-midi et de se rendre vers le rukongaï... Il erra donc comme ça pendant un moment, fumant avec délectation sa cigarette...
D'autant plus que, depuis quelques temps, les moments où il pouvait s'en "griller une petite" était de plus en plus rare et de plus en plus courts... Allez donc savoir pourquoi...
Il arriva donc, quelques minutes plus tard, sur une zone que la pauvreté n'avait pas épargnée... Les maisons semblaient tenir grâce à l'unique force d'un miracle et les gens couraient de partout...



*Mate ! Pourquoi ils courent au fait !?*


D'un coup, il comprenait un peu mieux l'état des maisons. Il semblait qu'un Hollow se trouve dans les parages et qu'il n'ait pas encore été repéré. Cherchant à repérer le fauteur de trouble, Hadaria ressenti une vibration puissante dans les alentours... Puissante mais chargé d'une incroyable envie de meurtre...


-SHINIGAMI !!!!

*Bien joué... Pour la discrétion, on repassera*

*C'est clair que tu aurais pu sonder avec plus de tact.*

*Crois-moi, si j'avais pu le faire avec encore plus de tact, je me serais pas privé, tu peux en être sur...*

*Et maintenant ?*

*T'es vraiment sûr que la question a lieu d'être ?*

*Il me semblait bien... Mais alors, qu'attends-tu ?!*


Poussant un soupir, Hadaria parti en direction du cri bestial. Dans ces moments-là, Yuukan pouvait devenir terriblement encourageant. Et il savait qu'il ne s'en priverait pas durant le combat à venir...
Lorsqu'il arriva devant le Hollow, il fut surpris de voir que la bête de faisait pas 3 mètres de haut, comme il l'avait d'abord pensé au contact de son reïatsu, mais a peine 2 mètres. Les cours de l'Académie lui revinrent en mémoire et il fut pris d'un étrange malaise... Comment un Gillian avait-il réussi à s'introduire dans la Soul Society sans se faire repérer ?



*Détrompe-toi. Ce n'est pas un Gillian, mais il en est pas loin... Si jamais il dévore une seule des âmes présentes ici, on va passer à un autre type d'adversaire... Plus puissant, plus rapide et plus sournois...*

*Je sais bien. Tu es avec moi ?*

*Comme toujours tovalritch.* ["tovalritch" = "camarade" en russe]

*Tant mieux. Allons donc casser du Hollow !*


Le Hollow commença à s'impatienter et lança des espèces d'aiguilles vers Hadaria. Enchainant les shunpo, il esquiva les différentes vagues de son adversaire. Celui-ci n'en parut que plus déterminé et l'attaqua au corps-à-corps. Hadaria réussissait à esquiver ou à parer la plupart de ses attaques mais certaines l'atteignirent, entre autre à l'épaule et au bras.


-Hahahahaha ! Pour une fois que je tombe sur une vraie proie !!! Quel est ton nom shinigami, ou devrais-je plutôt dire mon futur repas ?

-Je vois... Mon nom est Hadaria Kajima, Hollow. Et si tu veux tout savoir, j'ai d'autres projets que de...

*Qu'est-ce qui lui prenait a ce monstre de se marrer comme un benêt ?*

-HAHAHAHAHAHA !! SI CE N'EST PAS EXCELLENT !!!

-Exprime toi donc, monstre, qu'on en finisse vite !

-Monstre ? Je ne savais pas que tu trouvais que ta compagne était un monstre...

-N-Nani !?

-Et ouiiiiiii. Tu as bien entendu. J'ai ingurgité beaucoup d'âme mais celle-là m'as marqué parce qu'elle s'est laissé faire... Elle pleurait en disant qu'elle voulait te revoir, juste une dernière fois, afin de pouvoir te donner son cadeau... Le plus drôle était que je m'attendais à avoir une seule âme mais j'en ai finalement absorbé deux, bien que la deuxième soit beaucoup moins appétissante que la première. Pour tout dire, elle ne m'as même pas servie de casse-croûte... Mais ta compagne était plutôt bonne, pour une humaine... Le plus drôle fut d'envoyer ce chat sur la route pour que le camion l'écrase ! Une vrai partie de plaisir


Cette information eut l'effet d'un boulet de canon pour Hadaria. Le fait que cet Hollow sache pour l'enfant qu'il avait perdu dans l'accident était une preuve suffisante. Ce monstre avait bel et bien mangé l'âme de Yukino... Et il se devait de faire quelque chose pour y remédier. Il remis son zanpakutô dans son fourreau tout en gardant une main sur celui-ci.


-Hollow, sans le savoir tu viens de me donner une nouvelle raison de te tuer. Vois-tu, cette femme fut le seul amour de ma vie. Le chagrin de sa mort m'a affecté durant plus d'une année... Et tu m'apprend que non content de les avoir tué, tu les a absorbé en toi... Je peux t'assurer que tu ne repartira pas d'ici vivant. Devrais-je mourir avec toi.

-Hohohooo !! Voilà une info très intéressante mais, pour tout te dire, j'ai d'autre projet que de mourir et je compte...

-Tu ne fera rien du tout car je vais en finir avec toi dans les trois secondes.

-Ah bon ? Je suis curieux... DE VOIR ÇA !!


Le Hollow chargea d'un coup, dirigeant sa main griffue vers le cœur d'Hadaria. Celui-ci, se mettant en garde battô, attendit que son adversaire arrive a proximité de son mahaï puis murmura.


-Vas de l'avant, Yuukan...


Aussitôt, son sabre et son fourreau s'allongèrent. Son katana se transforma en un murasame à la lame dorée et électrifiée. Le Hollow n'eut pas l'air de s'en inquiéter, puisqu'il ne modifia pas son attaque.


-Ce fut un plaisir de m'amuser avec toi Shinigami mais l'heure est venue de...


D'un coup, Hadaria se retrouva deux mètres derrière le Hollow et se retourna vers le Hollow.


-Ookami tenbatsu no hagata...[La morsure du loup divin] L'heure est venu pour toi de nous quitter, Hollow. Et j'espère pour toi que tu sera mangé par un de tes congénères, histoire de voir ce que ça fait.

-Te... Teme... AAAAAAAAAAAAAAARG !!!


Le Hollow disparut dans un hurlement de douleur. Ses particules restèrent un instant dans l'air puis, peu à peu, disparurent à leurs tours. Hadaria en rengainant Yuukan, ne put s'empêcher d'adresser une prière à Yukino.


*Voilà, ma douce. Maintenant tu es vengée... Et comme tu l'as vu, j'ai tenu ma promesse...*

*Je suis sûr qu'elle est fière de toi aujourd'hui.*

*Peut-être... Qui peut le dire...

*Bah, le hollow aurait put nous le dire mais on n'avait pas cette question en tête...*


Hadaria ne répondit rien mais se mit à sourire. Toujours une phrase pour faire sourire ce zanpakutô... Tant mieux...
Sortant son paquet de cigarette, il rentra tranquillement au Sereitei, nullement enthousiasmé à l'idée de retourner à sa pile de dossier...



*Je veux pas faire le rabat-joie mais, tu devais pas arrêter de fumer ? Parce que, tu as beau être fait d'énergie spirituelle, ces choses ne l'aide pas à s'amplifier dans toute son étendue...*

*Yuukan... Fous moi la paix avec ça !*

*D'accord d'accord !! Moi, je dis ca pour ta santé mais après, c'est toi qui vois...*



FIN
Revenir en haut Aller en bas
Hitsugaya Toushiro
ExCapitaine de la 10 ème Division ~ Capitaine Commandant du Gotai 13 ~ Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1155
Age : 26
Fan de : : Shana xd
Fonction : Administrateur
Date d'inscription : 17/08/2007

Votre personnage
Niveau:
20/20  (20/20)
Attaque:
1000/1000  (1000/1000)
Défense:
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Re: Hadaria Kajima, un esprit de loup dans un corps de dragon   Mer 8 Juil - 16:55

Valider.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hadaria Kajima, un esprit de loup dans un corps de dragon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hadaria Kajima, un esprit de loup dans un corps de dragon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "L’amitié, c’est un seul esprit dans deux corps." [Pv. Calypso]
» un loups dans la ville ainsi que des pirates et un chasseur sans m'oubliez moi ainsi que les civils...
» L'Opéra ou comment brûler un loup dans la chaufferie [Chastity, Comte] [20/12/41]
» Empreinte de Loup
» un loup dans la rivière, le coeur battant (pv Lexy)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach RPG :: Avant de commencer :: Présentation :: Présentations finies :: 2009-
Sauter vers: